09/02/2003

Au menu : tartiflette ;-)

 
Comme convenu, nous nous sommes appelées et avons tenté d'élaborer la stratégie... disons plutôt l'artifice, qui nous permettrait de sauvegarder ce que ma douce C. croit encore si gentiment et si innocemment être de l'amitié...

Alors que je lui exposais ma façon d'envisager la suite, elle glissa: "Tu sais si exactement et si facilement trouver les mots justes... Tu es si à l'aise avec les mots..."

Cette phrase fit écho en moi. Flash-Back: à peine quelques heures plus tôt...
Hier soir, samedi. Soirée tartiflette initialement prévue toutes les 3.
Soirée tartiflette entre 4 yeux finalement.
Une gemütliche soirée: détendue, douce, agréable, pleine d'échange, de proximité et de richesse intérieure.
Nous avons parlé bouquins - Optique: "J'ai tellement aimé ce livre, t'as pas idée ! Je suis certaine que tu adorerais ...!"
Alors, elle m'offrit ces quelques mots : "Celui-là te plairait, il est comme toi: vrai et emprunt de poésie..."

Face à de telles paroles, si touchantes et si sincèrement prononcées, je me sens perplexe, dubitative. Personne ne m'avait jamais dit de telles choses auparavant...

Suis-je vraiment celle qu'elle voit en moi ou bien est-ce la seule à m'avoir jamais percée à jour ? Je ne sais pas...

Je ne suis sûre que d'une seule chose: je fais de mon mieux, putain !! Même si faire de mon mieux signifie souvent blessures et souffrance... Car, alors, dieu que c'est douloureux !... si douloureux de devoir me résoudre au fait que je ne suis absolument pas en droit d'attendre Quoi que ce soit de Qui que ce soit, lorsque je choisis d'agir de telle ou telle façon...


Je crois en effet que Nadège a raison: nous avons TOUJOURS le choix: de dire telle ou telle chose, de les dire ou de ne pas les dire ou bien de choisir cette direction plutôt qu'une autre. Et il ne s'agit bien là que d'un choix que je fais lorsque je préfère m'oublier moi, pour faire plaisir à l'autre...

Mais alors pourquoi suis-je si déçue lorsque l'autre ne réagit pas comme je l'attendais... ou plutôt devrais-je dire: comme je l'espérais...?
Pourquoi espérer des actions, des paroles, des sentiments de l'autre, alors que je ne suis en aucun cas en droit d'exiger ou d'attendre de lui quoi que ce soit ?

Une question que je me pose par ailleurs très souvent: pourquoi tant de choses en moi...? Pourquoi ces doutes, ces questions que tant d'autres n'ont pas vs. ne se posent pas... ?
Et, surtout: pourquoi est-ce si lourd à porter ?

15:14 Écrit par mulbante | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.