18/02/2003

Désolée mais je fais (aussi) selon l'humeur de l'instant...

Le passé, est certes - avant tout - ce qui n'est plus, ce qui est révolu.
Dès lors, s'intéresser au passé ne saurait être considéré comme une attitude utile vs. efficace.

Mais faut-il confondre utilité et valeur ?
Ce qui est utile est-il ce qui, seul, a une valeur ?
Ce qui est inutile est-il pour autant sans valeur ?
La valeur ne serait-elle pas, au contraire, dans la capacité de ne pas s'occuper de choses seulement utiles ?

S'attacher et s'intéresser au passé ne constituerait-il pas une des caractéristiques de l'homme ? Ne serait-ce pas même un devoir, un devoir d'humanité ?

Le passé n'est-il que du passé ? N'éclaire-t-il jamais le présent, et ne fait-il pas en quelque sorte le présent ?

Pour énoncer les choses différemment, la 'vraie' question à se poser est la suivante: la mémoire est-elle une faculté superflue pour l'homme, ou bien la mémoire le rend-elle au contraire digne de l'humanité vs. d'humanité ?

09:57 Écrit par mulbante | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.