11/03/2003

Lorsqu'un pantin féminin profite de ses insomnies pour exhorciser ses lubies...

 



 
 
 
 
 
 
 
 
 
Renaissance
-----

Rythme lent des battements d'un coeur
Drap blanc recouvrant la froideur et la nudité d'un corps qui se meurt
C'est alors que la vie prend toute son ampleur:
Lorsque la mort l'emporte vers l'Ailleurs...

Ô paisible nuit !
Extirpe la douleur,
Laisse fuir cette âme en pleurs,
Et qu'à jamais elle devienne fleur...

Ce monde n'est pas conclusion,
Un autre se profile à l'horizon:
Invisible, comme la musique...
Mais réel, comme le son...

Alors que se dilue l'indigo des ecchymoses,
Ses pensées se métamorphosent
Pansant les plaies d'un tissu rose...
Tu peux renaître parmi les roses,
Te souvenir des belles choses...
Oui, tu peux vivre si tu l'oses !

Voir, c'est savoir
Vouloir, c'est pouvoir
Oser, c'est avoir
Chambourcy : Oh oui !
Oups! ... ça n'a rien à voir...

21:40 Écrit par mulbante | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.