08/07/2003

Comprend qui veut, comprend qui peut (2/2)


C'est bien, à mon avis, le tragique de notre société orientée vers la réussite qui fait redire 100 fois à nos enfants:
- "Je t'aimerais si tu me rapportes un bon carnet scolaire / si tu réussis bien tes études. Ah ! que je serais fièr(e) de toi si je pouvais voir un jour mon fils / ma fille soutenir avec succès sa thèse de doctorat !, etc."
Nos enfant se "prostituent" alors pour acheter notre affection. Or, l'affection ne se doit-elle pas d'être gratuite ?!
 
Si nous savions voir la qualité de nos enfants et leur droit à notre amour même s'ils ne réussissent pas toujours, si nous étions capables de corriger sans priver d'affection, il y aurait probablement bien moins de fugues et beaucoup plus d'enfants sauraient ensuite s'aimer eux-mêmes...


17:25 Écrit par mulbante | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

arrgg !! non d'une kékette, CT donc ça ??
...et dire que je viens de claquer 350balles chez mon psy pour rrrien...

+sérieusement :
tt à fait d'acc avec ton analyse, mais bahh, est ce besoin de te le préciser, cher double féminin ? ;o)

Écrit par : Creeeeevetteuu | 08/07/2003

Pb de perception peut-être Je partage complètement ton analyse également...
Ce qui me sidère le plus, c'est quand tu demandes à des parents pourquoi ils ont fait leur enfant... tu noteras des réponses du genre :
"pour parfaire notre amour", "pour renforcer notre couple", "parce qu'à 30 ans passés, il fallait ABSOLUUUUUUUMENT faire un enfant",...

Mais qui te parle de la Joie immense que d'élever un être, lui transmettre des valeurs, l'appeler à son plus haut niveau de développement, tout ça pour qu'un jour, il quitte ses parents et puisse vivre en s'assumant pleinement.

Alors quand à la base, tu constates des motifs si égoïstes pour faire un enfant, après ne t'étonne pas que les parents transposent sur leurs enfants leurs espoirs de réussite ou leurs craintes de défaites. Non ?

Écrit par : Cityzen | 09/07/2003

Les commentaires sont fermés.