05/10/2003

Borderline


Dans mon bain, bien au chaud. Pareille au liquide amniotique, l'eau est à température idyllique et se fait protectrice et rassurante. Je repense au reportage visionné ce soir. Thema: « Enfants, ados: le piège de l'obésité ». Tout un programme : miam !...

 

L'obésité y est présentée comme un amoncellement de protection contre une souffrance trop grande. On n'est pas loin de l'anorexie telle un bâillon alimentaire pour étouffer de lourds sanglots sourds.

Obésité, anorexie: deux expressions d'une seule et même souffrance, tue. Le corps est un langage comme un autre...

Aspects poétique et métaphorique de la psychanalyse: multiplicité des images et des symboles, de la toute-puissance des émotions et du subjectif. Médecine d’âmes artistes…

 

Une question non abordée ne reçoit cependant de fait pas de réponse: réussit-on à éradiquer les maux en en cherchant l'origine ?

La pire des prisons est celle que l’on s’inflige à soi-même. Quand on est soi-même son pire ennemi, on doit lutter deux fois plus.


23:40 Écrit par mulbante | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

? Rassure-moi : tu n'as pas ton ordi à côté de ta baignoire? Remember Cloclo.

Écrit par : Serge | 07/10/2003

;-) Tiens, je n'avais pas pensé à cette lecture de mon post ! Mais rassure-toi: mon ordi est waterproof ce qui me permet de rédiger mes posts en apnée ;-)

Écrit par : mulb | 08/10/2003

Merci pour ça!!! c'est tellement vrai!!! Et tellement bien dit! Me permets-tu de te citer sur mon blog?
En tous cas, je te mets sur maliste de blog à parcourir ça c'est sûr! Bravo, bon boulot:)

Écrit par : suzie | 25/02/2006

Les commentaires sont fermés.