30/11/2003

Sans titre

 

Quiconque accepte de se laisser asservir, se trouve imprégné par les cohortes d’abomination vomies à son intention, comme souillé. L’Authentique se débat ainsi avec énergie tandis que le Poison s’emploie à le ronger chaque jour un peu plus avant, sourdement: indéfectible quoique vaine, la résistance de l’Authentique s’érige en rempart, comme pour épargner quelques parcelles de sa propre vie...

 

Le Rêve est en sursis: il n’est aujourd’hui plus qu’un souvenir, une ruine égarée au milieu d'un cauchemar…

 


14:46 Écrit par mulbante | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.