30/11/2003

Sans titre

 

Quiconque accepte de se laisser asservir, se trouve imprégné par les cohortes d’abomination vomies à son intention, comme souillé. L’Authentique se débat ainsi avec énergie tandis que le Poison s’emploie à le ronger chaque jour un peu plus avant, sourdement: indéfectible quoique vaine, la résistance de l’Authentique s’érige en rempart, comme pour épargner quelques parcelles de sa propre vie...

 

Le Rêve est en sursis: il n’est aujourd’hui plus qu’un souvenir, une ruine égarée au milieu d'un cauchemar…

 


14:46 Écrit par mulbante | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/11/2003

Question du soir, espoir



Quand mon verre est plein, je le vide. Quand mon verre est vide, je me plains...

Ceci étant dit, est-il possible que quelqu'un aime vraiment le Beaujolais Nouveau, dîtes ??...





22:31 Écrit par mulbante | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Message électrique quand tu m'électroniques...

 

Quand l'écran s'allume, je tape sur mon clavier tous ces mots sans voix qu'on se dit avec les doigts...

Je t’envoie, dans la nuit, un message…


22:26 Écrit par mulbante | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/11/2003

Just keep fighting !...

 
Le 18 novembre 2003 à 12:13, Khazâd écrivit la Fin du Tome 1...
 

http://www.khazadblog.net/

J'ai la gorge serrée... Et quand bien même cela vous paraîtrait ridicule ou insensé, cela n'en est pas moins le cas...

Au plaisir de te lire à nouveau, Little K. Ou pas...


15:25 Écrit par mulbante | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

10/11/2003

Etiqueter: oui mais pour quoi faire ?


Heureusement, il est des hommes qui rattrapent la cruauté de leurs semblables: j'essaie aujourd'hui de m'entourer de ceux-là. Au nombre de ces quelques hommes doués d'émotion, il en est qui, comme moi, aiment les hommes...

 

S’entourer d’homos comme un besoin de nier ma dimension féminine ? Refuser mentalement mon corps de femme, pour éviter de provoquer le désir ? Oui, non, peut-être: quelle importance ?!!

Tandis que le fait de connaître le pourquoi du comment semble nécessaire, la bêtise humaine m'apparaît infinie...

 

Je ne suis pas sans savoir que derrière l’envie affichée d’amitiés non parasitées par le désir, se cache une indéniable part masculine. Pour le reste: ma part masculine, sa part de féminité...: je me fous pas mal de l'étiquette !!  Je les entends pourtant s'évertuer à mettre en cage, à faire entrer tout un chacun dans des cases...

Il est vrai que je préférerais parfois être née conformiste et soumise: ce serait reposant =)


14:45 Écrit par mulbante | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

05/11/2003

Le temps s'enfuit vers l'horizon...


Délicieuse mise en mots par Baudelaire d'une course effrénée après le temps que j'expérimente douloureusement ces derniers temps... http://perte-de-temps.com/lhorloge.htm -- Mise en mots sublimée par le graphisme de Julie Potvin.

Une course effrénée après le temps que nous semblons avoir en commun, lui et moi, actuellement. Une course dans la même direction qui nous rassemble parfois - ce soir par exemple, l'espace de quelques fugitives minutes...

 

Le plaisir vaporeux a fui vers l'horizon, ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse. Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'OR...



23:17 Écrit par mulbante | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/11/2003

Va savoir...


« Je ne remets jamais au lendemain ce que je peux faire le surlendemain »

 

Pas mieux, Oscar** ! Mais tu veux que je te dise ? ça ne me plaît guère de n’avoir d’autre choix que celui de remettre à plus tard, toujours plus tard…

Un jour, peut-être ?...

 

[** Wilde]


22:07 Écrit par mulbante | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |